Le guide de votre bien-être à domicile

Acarien

Actualités

Le petit houx : l’allié anti-jambes lourdes

« Ses actifs, contenus dans le rhizome, sont connus depuis 2 000 ans au moins ; la médecine grecque utilisait déjà un “sirop des cinq racines” composé de petit houx, de fenouil, d’asperge, de persil et d’ache, à la fois veinotonique et diurétique », raconte Jacques Fleurentin, pharmacien et ethnopharmacologue. Veinotonique naturel aujourd’hui inscrit à la pharmacopée européenne, le petit houx doit être extrait et préparé selon des règles bien précises, en matière de concentration de principes actifs notamment, pour en garantir l’efficacité

Le petit houx tonifie la paroi des veines
Le petit houx renferme presque exclusivement des ruscogénines (ruscoside et ruscine) qui stimulent – c’est prouvé – la musculature lisse des vaisseaux et favorise une meilleure élimination de l’eau entre les cellules. Il neutralise par ailleurs une enzyme, l’élastase, qui dégrade l’élastine, gage de souplesse des veines. Bref, il s’oppose de plusieurs façons à la distension des veines, ce qui facilite le retour veineux.
Le mode d’emploi : prendre 150 mg à 200 mg d’extrait sec, deux fois par jour, pendant deux à trois mois (les plus chauds). Pas de précautions particulières ni de contre-indications à signaler pour cette plante “facile” qui agit sur les parois des veines uniquement, sans fluidifier le sang.

Le petit houx atténue les gonflements des jambes
En renforçant la paroi des vaisseaux, le petit houx les rend moins perméables, ce qui limite le passage de liquides chargés de toxines dans des zones où ils ne peuvent pas être drainés. À la clé, moins d’œdèmes.
Le mode d’emploi : à utiliser dans cette indication en cure de deux à trois mois, toujours à raison de 150 à 200 mg d’extrait sec deux fois par jour. On peut aussi le prendre trois à quatre jours avant un voyage en avion. Un complément parfait quand on sait que l’on va piétiner ou souffrir de la chaleur : les bas de compression ou collants “intelligents”.

Le petit houx réduit l’inflammation
Parce qu’il empêche l’accumulation de sang dans les membres inférieurs, le petit houx réduit la sensation de pesanteur ainsi que les phénomènes inflammatoires qui siègent au niveau des vaisseaux fragiles.
Le mode d’emploi : en gélules, en cure ou ponctuellement pendant quelques jours, en prélude aux règles, en prévision de piétinements prolongés ou lors de fortes chaleurs. « À associer ici à la voie locale, la crème ayant été rafraîchie pour un soulagement immédiat », suggère Jacques Fleurentin.

Petit houx, vigne rouge, mélilot et marron d’Inde
Le petit houx peut être associé à d’autres plantes qui agissent aussi sur le système veineux.
• Pour soulager des jambes lourdes, il est souvent allié à la vigne rouge, veino-protectrice, et/ou au mélilot, veinotonique, qui diminue la perméabilité capillaire.
• Il optimise les effets veinotoniques et anti-inflammatoires du marron d’Inde sur les hémorroïdes.

Une nouvelle couverture anti-acariens

Spécialiste des acariens, le docteur Anne-Catherine Mailleux a trouvé la solution radicale pour lutter contre ces insectes plutôt « rigolos et patauds » d’après les expériences de la biologiste. Il s’agit de « Acar’up », un kit de couverture et spray promettant un résultat à 98% d’efficacité.

Une longue expérimentation

Après trois ans d’étude du comportement et du langage particulier des acariens, le docteur Anne-Catherine Mailleux a réussi à mettre en place ce piège miraculeux. A noter que ces études entrent dans le cadre de son travail de recherche fondamentale sur les insectes subventionné par la Région bruxelloise. Après sept ans de travaux, la biologiste a réussi à détecter les signaux chimiques des acariens, les molécules qui les intéressent, leurs migrations collectives de la nuit, leurs agrégats utiles pour l’humidité, leur habitude à faire leurs nids autour du corps parce qu’ils ne supportent pas notre température corporelle, leurs nourritures à base de squames de peau, leurs migrations diurnes et nocturnes dans le fond du matelas pour survivre dans la sécheresse de l’environnement.

Des molécules émises par les acariens

Afin de créer leurs agrégats, les acariens produisent des molécules puantes et toxiques. D’autres versions inoffensives et inodores ont été placées dans le spray. Et pour piéger les petites bêtes, la couverture spéciale a été réalisée avec un tissu 100% coton avec un tissage spécial anti-acariens. Parce que les acariens détestent les couleurs claires, le dispositif a été créé dans du tissu gris ou bleu foncé. Afin d’éradiquer les acariens, il suffit de mettre la couverture sur le lit/le canapé/le tapis, appliquer le spray attirant en fin de journée, attendre deux heures pour attraper tous les acariens et ensuite la passer en machine à 60°.

Le point sur les allergies aux acariens

En période de reproduction, les acariens prolifèrent en cette fin de la saison hivernale. Pour limiter les réactions allergiques comme la toux, la rhinite chronique, les problèmes respiratoires ou crises d’asthmes, il vaut mieux chasser ces petites bestioles qui adorent les milieux humides et chauds riches en pellicules animales et humaines ainsi que de moisissures.

Visibles dans toute la maison, les acariens font leurs nids dans les fibres naturelles ou synthétiques de la literie (matelas, housse, oreiller…), les peaux d’animaux, les tapis et les sofas pour rendre la vie impossible aux 30% de Français sensibles aux acariens des poussières, soit 1,2 millions d’adultes qui risquent de développer une sensibilisation chronique aux déjections d’acariens en suspension dans l’air ambiant de la maison. C’est le contact direct de cet allergène avec la peau et la muqueuse respiratoire qui entraine des réactions allergique graves comme l’eczéma atopique, le rhume chronique ou l’asthme bronchique.

Pour dépister l’allergie aux acariens, les allergologues effectuent des tests cutanés et des analyses de sang et conseillent aux victimes de diminuer la quantité d’acariens dans la chambre à coucher en utilisant l’aspirateur et la machine à laver, en aérant quotidiennement la pièce, en changeant de draps chaque semaine, en gardant une température maximale de 18 à 19 degrés ainsi qu’une humidité de 50 à 60%. Pour améliorer cette lutte anti-acariens, optez pour un sommier à lattes, des oreillers et couettes en tissus synthétique, des housses de matelas hermétiques ainsi que des sprays et plaque de lit anti-acariens à disposer entre le sommier et le matelas.

Fauteuil haute technologie : quand confort rime avec santé

Durant le salon CeBIT de Hanovre qui rassemble les dernières innovations en matière de technologie, les appareils et accessoires destinés pour améliorer la vie des seniors n’ont pas manqué d’être présentés. Un de ces accessoires est le fauteuil intelligent, une invention allemande qui a étonné plus d’un. Ce fauteuil présente une allure habituelle comme celui qu’on utilise pour regarder la télé mais il est doté d’une technologie de pointe qui surveille la santé de son utilisateur. Le responsable du projet Matthias Struck affirme que désormais le fauteuil n’est pas seulement un accessoire de relaxation, il peut aider à améliorer la santé grâce à ses nombreuses fonctionnalités.

Un fauteuil qui veille sur la santé

Le fauteuil haute technologie allemand a été inventé dans le but de rendre la population beaucoup plus active et garder leur autonomie le plus longtemps possible. En effet, le fauteuil capte diverses informations sur son utilisateur comme son poids, sa pression artérielle, son rythme cardiaque, sa posture …Dès qu’il enregistre une prise de poids, il se transforme en coach sportif et propose des séries d’exercices à faire. Il peut se changer en rameur car ses accoudoirs cachent des rames métalliques. Durant les exercices physiques, le fauteuil continue à enregistrer les signes vitaux et le système de son utilisateur pour savoir si ce dernier fait correctement les exercices ou non. Ce fauteuil entretient également la mémoire car il propose des exercices pour la mémoire durant vos temps de pause.

Même si le prix de ce fauteuil s’annonce déjà assez élevé, entre 2000 et 3000 euros, les initiateurs du projet pensent que ce produit serait très utile dans les maisons de retraite ou pour les particuliers. Toutefois, le fauteuil haute technologie ne sera disponible sur le marché que dans 1 ou 2 ans. L’équipe de l’institut Fraunhofer compte toujours perfectionner le prototype.

Sénat : une loi sur l’utilisation des kits mains libres pour limiter les méfaits des ondes électromagnétiques

Dans son dernier communiqué, Fleur Pellerin, ministre déléguée à l'Économie numérique a procédé au lancement d’une campagne pour promouvoir l’utilisation des oreillettes des téléphones portables afin de réduire le taux de nuisance des ondes électromagnétiques. En parallèle, le projet de loi sur les ondes des écologistes est examiné au Sénat.

Rassurer les Français

Jusqu’à ce jour, il n’existe pas de preuve scientifique concluant concernant les dangers représentés par les ondes émises par les boîtiers wifi et les téléphones mobiles. Pour aider les Français, le gouvernement les encourage à se protéger. C’est le but de cette nouvelle campagne médiatique lancée par Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’Économie numérique : « Pour toutes les publicités vantant un mobile, nous souhaitons qu’un bandeau d’information sonore ou écrit fasse la promotion du kit mains libres, comme cela se pratique déjà pour inciter les gens à manger cinq fruits et légumes par jour ». Pour ce qui est des 75% d’adolescents qui dorment avec leurs téléphones allumés, la ministre déplore un problème d’éducation qui requiert l’intervention des parents, comme c’est le cas avec l’addiction aux jeux vidéo.

Une loi sur les ondes

Proposé par les écologistes, le projet de loi sur les ondes électromagnétiques a été examiné à l’Assemblée nationale du 31 janvier 2013 et les socialistes ont refusé des mesures intéressantes telles la limitation du wifi dans les crèches et les écoles, la diminution des seuils des antennes « aussi bas que possible » ou l'obligation de détenir un permis de construire avant la mise en place d’une antenne-relais.

Lutte contre les acariens : misez sur les bonnes techniques

Pour les allergiques, la lutte contre les acariens est un véritable défi. En effet, ils sont des milliers à pondre et coloniser notre espace vital. Que ce soit pour les lits, les rideaux, les peluches, les coussins, les couvertures, les canapés, les tapis, les moquettes et les plantes d’intérieur, il existe quelques techniques basiques mais efficaces pour en finir une bonne fois pour toute avec cette bataille acharnée.

Une bonne hygiène de vie

Soyons réalistes, les acariens adorent vivre avec les humains et il sera difficile de les éradiquer complètement. Mais puisque les allergies domestiques proviennent de la prolifération de ces bestioles, il vaut mieux éliminer les déjections et autres acariens morts qui provoquent les éternuements et les nez qui coulent.

Pour y arriver, il existe quelques règles d’hygiène essentielles : une aération régulière de la literie puisque 30 minutes suffisent pour éliminer l’humidité très appréciée par les acariens qui nécessitent une température supérieure à 20°C pour se reproduire ; un lavage à 60°C des draps et pour éviter le délavage des linges de couleurs, ajouter de l’huile d’eucalyptus dans l’eau de lavage ; un choix stratégique de literie : du synthétique au lieu de la plume et de la laine et des lattes pour le sommier ; investir dans des housses anti-acariens pour les traversins, les oreillers et les matelas ; acheter un filtre Hepa (haute efficacité pour les particules aériennes) pour l’aspirateur dédié aux moquettes et aux tapis ; éliminer les larves et les ½ufs des acariens avec des bombes aérosols acaricides et toujours veiller à la propreté de l’intérieur.

Hygiène dentaire : une brosse à dents avec Bluetooth

Pour un brossage réussi, il faut respecter les deux minutes indispensables. Puisqu’il n’est pas souvent évident de remplir la durée adéquate, la brosse à dents Beam a été dotée d’une connectivité Bluetooth pour permettre à son utilisateur d’écouter sa musique préférée durant le rituel de brossage et respecter ainsi le temps imposé.

Santé bucco-dentaire : des alliés high-tech

Les avancées technologiques ont vraiment un impact dans notre vie quotidienne. Dans le domaine de la santé bucco-dentaire, les brosses à dents sont de plus en plus sophistiquées. Après le lancement du modèle Philips rechargeable en USB, la Beam débarque avec sa connectivité Bluetooth, compatible avec les terminaux Android et iOS. A part la diffusion de deux minutes de musique lors du brossage, l’appareil est aussi doté d’un capteur qui note les diverses habitudes de son utilisateur et les données sont transférées dans une application mobile.

En guise de récompense de l’assiduité de son possesseur, la brosse à dents Beam lui accorde des points cumulables qui lui permettront de réaliser des économies sur des billets de cinéma, des jeux vidéo ou des articles d’habillement. Dans un entretien avec Mashable, Alex Frommeyer, le concepteur de Beam explique qu’il compte bien « monétiser les deux minutes de brossage ».

Des essais concluants

Les résultats des tests d’utilisation de Beam ont été intéressants puisque 50% des personnes qui l’ont essayé ont affirmé que la musique aide à augmenter le temps de brossage puisqu’avant la création de la nouvelle brosse à dents, ils accordaient en moyenne 46 secondes de leur temps au brossage. En guise de rappel, l'Union française pour la santé bucco-dentaire conseille 3 brossages quotidiens de 3 minutes.

Lycée naval de Brest : une épidémie de gale

Depuis quinze jours, un cas de gale a été diagnostiqué dans le lycée naval de Brest. Jusqu’ici, la maladie touche une dizaine d’élèves mais la contamination va à l’échèle de trente personnes et de dix autres élèves susceptibles d’avoir été en contact avec eux.

Pour empêcher la polémique, le proviseur de l’établissement a adressé une lettre d’explication aux parents des élèves et a instauré d’importantes mesures d’hygiènes. Pour éviter toute prolifération, toutes les chambres ont été désinfectées et les linges lavés à 60 degrés. Puisqu’aucun avis de fermeture n’a été émis, le lycée continue de recevoir les élèves mais les malades ont été renvoyés aux soins de leurs familles. Pour les personnes qui ont été en contact avec les malades, les responsables de l’établissement conseillent un traitement préventif. Ce qui pourrait être le cas des participants à l’Université d’été de la Défense qui y a accueilli des dizaines d’industriels de l’armement, le ministre de la Défense et les députés il y a quinze jours.

Comment reconnaitre la gale ?

Provoquée par un acarien, la maladie extrêmement contagieuse se propage avec les vêtements et la literie. Elle se reconnait grâce à des symptômes typiques tels l’éruption de petits boutons qui démangent. Caractéristique de la peau, la gale creuse l’épiderme et l’acarien dépose ses ½ufs dans des galeries préconçues. Le maladie met 15 jours pour incuber et peut très bien être soignée.

En cas de contact avec les malades, un traitement est toujours nécessaire même si les symptômes sont encore absents. Parmi les médicaments les plus proposés par les spécialistes de la santé figurent le benzoate de benzyle, l’ivermectine, le lindane, les pyréthirnes ou des antibiotiques pour les cas plus graves.

Alimentation : zoom sur les ingrédients du futur

Une enquête de la BBC a permis d’avoir un aperçu de notre alimentation après vingt années de hausse incessante du prix des produits alimentaires de base, de la population mondiale et des problèmes environnementaux. Parmi les ingrédients les plus probables figurent les insectes, les viandes de laboratoire et les algues alimentaires.

Dans la famille des insectes les plus riches en protéines, les sauterelles sont moins chères que le b½uf et leur empreinte carbone est nettement moins faible selon les spécialistes de la Wageningen University des Pays-Bas. Ainsi, elles seront changées en steaks et saucisses pour améliorer la présentation et l’aspect en bouche.

Pour ce qui est de la viande proprement dite, des scientifiques néerlandais travaillent actuellement sur des cellules souches bovines afin de créer des hamburgers à base de bandes de tissu musculaire cultivé in vitro. D’une valeur de 250 000 euros, l’expérience permet de réduire la production de gaz à effet de serre, l’abatage d’animaux, la consommation d’eau et l’utilisation de grands terrains dédiés à l’élevage du bétail.

Pour les algues alimentaires, il existe actuellement 145 espèces dans le monde entier. Selon la BBC, il s’agit d’une réserve importante de denrées alimentaires indispensables pour les éventuelles pénuries. Parmi les plus célèbres, la spiruline est une algue bleue très riche en protéines et en fer. En misant sur cette dernière, la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) encourage sa production dans les pays en voie de développement pour permettre à ces derniers de les commercialiser dans les pays riches.

Pour finir, l’université d’Oxford travaille sur l’influence des sons sur le goût. Un concept déjà utilisé chez Fat Duck, un restaurant trois étoiles anglais qui reproduit le son de la mer pour évoquer la fraîcheur des aliments.

Musicothérapie : une efficacité prouvée en fibromyalgie

La musicothérapie consiste à atténuer les douleurs chroniques et aiguës par la musique. Cette technique est très utilisée à Montpellier et à Limoges. Parmi les patientes qui en bénéficient les bienfaits, Claudine Comolli souffre depuis 5 ans de fibromyalgie sévère qui l’empêche de se déplacer normalement. Elle témoigne : « Quand on m’a proposé la musicothérapie, ça m’a plutôt fait rire. Franchement, je n’y croyais pas. Mais je me sentais tellement ligotée par mes douleurs que j’étais prête à tout tenter. Et contre toute attente, ça a vraiment changé ma vie ».

Depuis 2007, elle effectue des séances de musicothérapie au Centre antidouleur du CHU de Montpellier. Elle confirme les effets de cette pratique : « Aujourd’hui, j’en fais une séance chaque soir pour atténuer la douleur et parvenir à m’endormir. Et si je suis en crise, j’en fais aussi pendant la journée. Ça m’a permis d’arrêter complètement les antidouleurs opiacés ! »

De son côté, Stéphane Guétin, psychologue clinicien et musicothérapeute à Montpellier affirme que « La musicothérapie réduit la douleur, l’anxiété et le stress et par là la prise médicamenteuse ». C’est ce qui amené le spécialiste à effectuer une étude sur l’effet du traitement auprès des patients souffrant de fibromyalgie ou lombalgie chronique. Ses recherches ont permis de réduire à 90% le taux de médication.

De son côté, le Professeur Jacques Touchon, chef du service de neurologie du CHU de Montpellier est d’avis qu’« Il reste encore beaucoup de recherches à mener, c’est vrai mais le constat de l’efficacité de la musicothérapie, je le fais au quotidien dans mon service. Pas comme une alternative aux médicaments mais en complément ».

Enfin, le CHU de Limoges procède actuellement à une étude sur l’effet de la musicothérapie chez des patients âgés souffrant d’artérite. Dirigée par Karine Le Goff, infirmière en chirurgie cardiaque et vasculaire, l’équipe a constaté que les douleurs sont atroces durant les séances de pansement des lésions des artères et elle « procède donc au soin pendant la séance de musicothérapie. L’étude est encore en cours mais les retours des patients sont très positifs. La musique détourne leur attention de la douleur ».

Épidémie de gale : les Hautes-Pyrénées aussi

Une grande épidémie de gale touche actuellement la France. Dans les Hautes-Pyrénées, les pharmacies sont en rupture de stock.
Parmi les nombreuses victimes qui ont tenu à témoigner de l’existence de la maladie, un malade n’arrive pas à se rappeler comment il a contracté l’infection mais il a réussi à contaminer toute sa famille. Un autre soupçonne son passage dans un établissement de santé. Questionné sur les circonstances du début de la maladie, il raconte : « J'avais des boutons sur les mains, au niveau des chevilles, sur les bras… Mon médecin m'a dit que c'était la gale cutanée ». Ces événements remontent au début du mois de juillet et un traitement sous comprimés n’a pas réussi à combattre les ravages de l’acarien qui a réussi à contaminer toute sa famille. De plus, « Si on laisse traîner, c'est tout le corps qu'il faut traiter ».

En cherchant les meilleurs moyens d’éradiquer la maladie, la pharmacienne lui a parlé de plusieurs cas. En effet, Isabelle Bousquet affirme : « Cette semaine, j'ai vu trois personnes qui l'avaient. En mai et juin, j'en ai vu quatre et six en avril. » Et elle déplore l’envergure nationale de l’épidémie « Car depuis des mois, les laboratoires sont en rupture pour certains produits. »

Parmi les traitements contre la gale en rupture, l’Ascabiol a disparu des étagères des pharmacies et Véronique Lucien, présidente de la chambre syndicale des pharmaciens des Hautes-Pyrénées, affirme : « La gale est en recrudescence, toutes catégories socioprofessionnelles confondues. Ça fait plusieurs mois que ça dure ». Et elle ajoute que cette maladie se propage grâce à un contact prolongé et il est très difficile d’en déterminer les conditions de contamination. La seule prévention adéquate est le lavage fréquent des mains.

Parmi les spécialistes inquiets par cette vague de contamination, le docteur Pascal Fabre, responsable du département Alertes et urgences sanitaires à l'ARS Midi-Pyrénées, réaffirme qu’il existe « depuis plusieurs mois, de nombreux foyers, dans la région et dans toute la France. Mais ça se calme ». Pour les responsables d’établissement scolaire et de résidence pour seniors, il conseille une surveillance rapprochée et l’intervention d’un médecin en cas de contamination.

Les abeilles, victimes des acariens

Un acarien parasite Varroa serait la cause de mortalité de plusieurs milliers d’abeilles dans le monde. Des dires révélées par des chercheurs américains et britanniques. Ce parasite transmettrait un virus extrêmement contagieux à des abeilles. Cet acarien se nourrit du sang des abeilles à l’âge adulte ou larvaire, perce leur peau et déforme leurs ailes. C’est inquiétant car la majorité des récoltes de fruits et légumes aux Etats-Unis nécessite essentiellement la pollinisation des abeilles. Ces récoltes sont estimées à 15 à 20 milliards de dollars, par an.

Cette étude a été menée par des chercheurs de l'Université de Sheffield, en Grande Bretagne, à Hawaii. Elle a parue dans la revue Science, du 08 juin dernier. La recherche révèle que ce pathogène viral a développé sa fréquence au niveau des abeilles en ruche de 10% à 100%. Cette mutation s’est renforcée par l’accroissement des particules du virus, infectant les abeilles entre elles. S’ajoute à cela, la réduction de la diversité virale, conduisant à l’apparition d’une seule souche très puissante de ce pathogène.

Les acariens transmettent directement ce pathogène dans le sang des abeilles, en se nourrissant d’elles. En touchant les abeilles, le virus difforme les ailes de celles-ci. Cependant, aucun signe morphologique d’une infection n’est détecté. Dans sa structure, on peut comparer ce virus avec celui qui est responsable du polio chez l’Homme. La racine du virus trouvée en Hawaii est similaire à celle trouvée dans plusieurs autres régions. Ceci annonce clairement que la situation à Hawaii reflète les phénomènes apparus partout dans le reste du monde.

En Bretagne, les cas de gale se multiplient dans les écoles.

Depuis le début de l’année 2012, les cas de gale sont constatés en région de Bretagne, et en particulier dans la ville de Saint-Malo. Les professeurs s’inquiètent de la prolifération du parasite.

En effet, une douzaine de cas de gale a été constatée en début d’année dans l’école élémentaire Bellevue à Saint-Malo, qui a nécessité l’intervention du département des affaires scolaires de la mairie. Marie-France Mansuelle, adjointe chargée des affaires scolaires, précise : « Nous avons dû désinfecter les locaux et la literie, ainsi que l'école maternelle à titre préventif,Une cellule de crise a également été mise en place, car la psychose commençait à s'installer parmi les parents. »

Depuis, des cas de gale ont également été signalés dans d’autres établissements de la ville, notamment au collège Surcouf, à Saint-Malo, où une professeur de français est en arrêt maladie pour 10 jours : “Il y a trois semaines, tout a commencé avec deux cas chez des élèves de quatrième. Un document a été diffusé dans l'établissement, afin de rappeler les mesures de précaution à prendre”

Face à cette épidémie, l’Agence régionale de santé et l’inspection académique ont pris le problème au sérieux. Les absences répétées de certains élèves commencent à inquiéter les enseignants, qui ont du mal à se procurer la lotion désinfectante prescrite par les médecins. Une enseignante témoigne : « À Saint-Malo et à Dol-de-Bretagne où j'habite, les pharmacies sont en rupture de stock. J'ai dû me rendre jusqu'à Dinan. »

En effet, un rapport de l’institut de veille sanitaire révèle que le nombre de cas en Bretagne a augementé entre 2005 et 2008, passant de 29 à 119 cas par an, avec une hausse marquée en Ille-et-Vilaine où 166 nouveaux cas de gale ont été signalés dans ce département.

Les inquiétudes grandissent car la gale a toujours eu une mauvaise réputation. Rappelons qu’en fait, la gale est provoquées par un acarien, le sarcopte, acarien microscopique qui se nourrit du sang des personnes infectées. L’acarien s’installe sur l’épiderme et creuse des galeries dans l’épiderme où il dépose ses oeufs, source de vives démangeaisons.

La mauvaise réputation de la gale est due au fait qu’on l’associe souvent à un manque d’hygiène. Les professionnels de santé précisent que ce préjugé est erroné : « C'est faux, tout le monde peut l'attraper. C'est une maladie de la promiscuité qui se propage très rapidement dans les collectivités comme les crèches ou les écoles. ». En effet, la gale se répand par contact prolongé de peau à peau, permettant à l’acarien de se déplacer et former des oeufs sur des peaux nouvelles. Le traitement est à base de lotions pour le corps et de comprimés à prendre.